Bratislava-Budapest

—-Français—-

1000 kilomètres! Déjà 1000 kilomètres me séparent de Berlin.

A ma gauche, le Danube. Il est large de plusieurs kilomètres et d’un bleu céleste. Sur la rive opposée, on aperçoit occasionnellement des clochers d’églises. Le reste du village est caché par la digue qui borde le fleuve. De temps en temps, un chalutier ou un bateau de croisière passe. Les mouettes s’amusent à nous survoler.

Quelques centimètres devant moi, Tobias lutte contre le vent. Comme pour fêter cette petite victoire, le vent a décidé de se lever. Il est de face et puissant. Il dévore notre énergie. Nous épuise. Nous décourage. Nous arrêtons la journée de vélo après seulement 30 kilomètres et faisons notre première journée de pause depuis Tabor.

P1040671

Deux jours plus tard, reposés et de bonne humeur, nous roulons direction la Hongrie. Les rives du Danube deviennent de moins en moins industrielles et des plages commencent à apparaître. Elles s’étendront bientôt sur des kilomètres, à partir de Esztergom, la ville frontière entre la Slovaquie et la Hongrie.

P1040934

Esztergom. Nous savions avant d’y entrer qu’on allait adorer cette ville. Tobias, parce qu’il aime toutes les villes qu’il visite à 17 heures. Moi, parce que je trouvais le nom plutôt sympathique. Ca me fait penser un peu à estragon, extravagant, étranger… Nous avions surtout hâte de quitter la Slovaquie, qui nous avait réservé un accueil peu sympathique.

Esztragom c’est comme un vieux village de Provence. En plus grand. Les couleurs sont chaudes. Les façades sont coquettement décrépies. Les gens sont assis sur les terrasses des cafés. Ils contemplent. Sourient. L’un d’entre eux joue de la musique. Nous passons notre fin d’après-midi à manger des glaces et siroter des boissons sur la place centrale. L’ancienne capitale de la Hongrie a aussi une jolie basilique, sur le bord du Danube.

P1040694

Les deux jours qui nous restent avant d’atteindre Budapest seront paradisiaques. Au moment où j’écris ces mots sur mon carnet, je suis sur une plage longue de plusieurs kilomètres. La boule orange vient de se coucher et les couleurs du ciel sont désormais rosées, paisibles. Tobias cuisine les 100g de pâtes et 80g de thon qu’il nous reste. Et au moment où Another Love de Thomas Odell est diffusé (nous transportons un haut-parleur avec nous depuis Tabor), je suis vraiment nostalgique. J’aurais bien fait encore un bout du voyage avec Tobias.

p1040949

J’ai réussi à ruiner ce moment romantique quelques minutes plus tard, après avoir vu un serpent se promener à quelques mètres de notre tente. J’ai crié comme une hystérique sur le serpent, sur le chien qui arrivait au même moment pour jouer avec le serpent, sur le jogger à qui appartenait le chien… Mais ça, c’est une autre histoire : ). Même un serpent ne peut pas ruiner le plaisir d’avoir une plage pour nous tout seuls.

Magali

P1040839

—-English—-

1000 kilometers! 1000 kilometers separate me from Berlin.

On my left, the Danube. It is several hundred metres wide and bleu célèste. On the opposite bank, we see occasionally some church towers. The rest of the village is hidden behind the seawall adjacent to the river. From time to time, a trawler or a cruise boat passes. The seagulls are playing above us.

A few centimetres in the front of me, Tobias rows against the wind. As if to celebrate this small feat, the wind decided to pick up. Headwind. Powerful. It is devouring our energy. Exhausting us. Discouraging us. We stop cycling after only 30 kilometers and decide to have a day’s break. The first on since we started.

Two days later, well rested and in a good mood, we cycle direction Hungarian. The banks of the Danube become less and less industrial and beaches start appearing. From Esztergom, the border city between Slovakia and Hungary, the pebble beaches will extend for kilometers.

P1040890

Estergom. We knew before stepping in that we would love this city. Tobias would love it because he loves every city he travelled in at 5pm. I knew I would love it because of the name. It made me think of some nice French words like estragon, extravagant, étranger… The main reason was maybe that we were particularly happy to leave Slovakia, in which we did not feel especially welcome.

Esztragom is like an old village of Provence. Bigger though. The colours are warm and saturated. The facades are nicely decrepit. People are sitting on café terraces. They contemplate. Smile. One of them is playing music. We spend the end of the afternoon sipping coffee and eating ice creams on the main square. The former capital of Hungarian has also a nice cathedral close to the Danube.

P1040761

The two days we still have before reaching Budapest will be idyllic. At the moment I am writing this article on my notebook, I am sitting on one of these very long beaches. The orange ball just went to bed. The sky is rose-coloured. It is peaceful. Tobias is cooking the 100g pasta and 80g tuna we have left (we could not find any supermarkets on the way..). The speaker we are transporting since Tabor is playing Another Love from Thomas Odell. I feel nostalgic and would have loved to cycle a bit more with Tobias.

P1040959

I managed to ruin this romantic episode a few minutes later because I saw a snake a few meters away from our tent. I screamed at the snake, screamed at the dog coming at the same moment to play with the snake, screamed at the owner of the dog. A real hysterical woman (+ 100% French thoroughbred, ow)- but that’s another story. Even a small snake’s visit can’t ruin the pleasure of having an entire beach for oneself.

Magali

P1040834

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s