Tabor-Bratislava

—- Français—-

Après un jour de pause à Tabor, c’est reparti. Tobias m’accompagne désormais. Les montagnes entre Prague et Tabor s’adoucissent peu à peu. Des lacs apparaissent, de plus en plus majestueux. Nous traversons la Bohême du Sud, une région célèbre sa forêt et ses châteaux typiques des contes de fées. Nous atteignons alors la frontière autrichienne mais nous la traverserons seulement 180km plus loin à Valtice. On se sent pourtant déjà un peu en Autriche. Ici, on dit Hallo et non Ahoj quand on croise d’autres cyclistes et quelques spécialités autrichiennes comme les Schnitzels et Germknödels se cachent sur les menus des restaurants.

P1040206

La forêt de Bohême disparait pour laisser place à des plantations. Principalement des champs de tournesol et de blé et parsemés ici et là de bunkers, construits pendant la guerre froide. La menace d’une troisième guerre mondiale était alors très forte. Nous sommes exactement sur le tracé du rideau de fer, un no man’s land qui séparait le monde soviétique du monde capitaliste.

P1040503

Nous sommes désormais en Moravie et l’atmosphère semble dramatique. Le ciel est noir, orageux. Des éclairs surgissent au loin. Des statues de Marie, ou de différents saints, contemplent ce spectacle avec un air grave. Les villages que l’on traverse sont désertiques.

P1040255

Peu à peu, les plantations se transforment en vignobles. A côtés des bunkers, on retrouve des petites cabanes où il est possible de déguster les vins de la région. Nous traversons la frontière pour l’Autriche. Bye Bye la république Tchèque, le paradis des cyclistes. L’infrastructure est meilleure qu’en France ou en Allemagne. Pas étonnant que le VTT soit aussi populaire dans ce pays.

Ce soir là, comme presque tous les jours depuis notre départ de Tabor, le ciel gronde. Il menace de pleuvoir. Nous nous dépêchons pour trouver un endroit où planter notre tente. Comme d’habitude, cet endroit est magique. Tobias pourrait recevoir un prix pour son habilité à dénicher les meilleurs spots de camping sauvage. Armé de son smartphone et de l’app maps.me, il repère les petits lacs et surtout les chemins qui nous y mènent. Armée de ma carte au 1:60000, je me laisse surprendre à chaque fois.

P1040492

Nos débuts avec maps.me pour nous guider à vélo avaient pourtant été assez hasardeux. Nous nous étions retrouvé à traverser une rivière avec nos vélos de 30 kilos et à se frayer un chemin dans des herbes hautes de plus d’un mètre. Help!

Le lendemain nous entrons en Slovaquie. De nouveau, nous longeons la frontière autrichienne. Il y a très peu de cyclistes ici et les habitants des villages nous observent avec un air curieux. Nous les observons en retour avec un air curieux et nous amusons à écouter la musique et les nouvelles du village transmises à travers des haut-parleurs, perchés au sommet des poteaux électriques. Typique des anciens pays soviétiques.

Le jour suivant, vendredi, nous atteignons la capitale, Bratislava.

Magali

P1040349

—- English—-

After a day’s break in Tabor, we escape the very touristic city direction south. Tobias is travelling with me from now. The mountains soften into a rolling land. Some lakes emerge, increasingly majestic. We are crossing the South Bohemia, an area famous for its nature and fairytale chateaux. We reach the Austrian border but will first cross it 180km further in Valtice. We feel like in Austria though. One says Hallo and not Ahoj when passing by other cyclists and some Austrian specialties such as the Schnitzels and Germknödels hide inside the menus of restaurants.

The Bohemian Forest disappears and is replaced by plantations. Essentially sunflower and wheat fields, sprinkled with concrete bunkers, built during the cold war. The thread of another war world was back then very high. We are exactly on the iron curtain.

We are now in Moravia and the ambience appears particularly dramatic. The sky is dark. Lightning strikes in the background. Statues of Maria and other saints comtemplate this spectacle. The villages that we are crossing are deserted.

P1040341

Slowly the sunflowers fields are turning into vineyard. Next to the bunkers, small huts are popping up allowing tourists to taste the local wine. We cross the border with Austria. Bye bye Czech Republic. Biking there has been fantastic and I remain impressed by the quality of cycling infrastructures, which is way better than France or Germany.

This evening, like almost every evening since we have left Tabor, the sky rumbles. It might rain. We hurry to find a place to plant our tent. It is a wonderful spot, as usual. Tobias should get a price for finding perfect wild camping spots. Armed with his smartphone and the app maps.me, he detects tiny lakes and the way to reach them. Armed with my 1 :60000 paper map, I let myself be surprised by what is coming.

P1040232

Our beginnings with maps.me on this bike trip were pretty hazardous though. We ended up in the middle of a river and then having to cross a field of 1-metter high grasses. Help!

P1040125

The following day, we got into Slovakia. Once again, we ride along the Austrian border. There are very few cyclists here and people in villages observe us curiously. We observe them curiously in return. We laughed at the music and village-news broadcasted by the speakers, fastened on the top of electricity poles. Very typical for former soviet countries. One day later, on Friday, we reach the capital, Bratislava.

Magali

P1040150

Advertisements

Ein Gedanke zu “Tabor-Bratislava

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s